Le Parti travailliste doit prendre une nouvelle direction en matière de race et d’immigration

«  Je ne pouvais pas voter pour un parti travailliste qui a commencé à refléter la position des conservateurs sur l’immigration et la race  », déclare Maheen Behrana

Keir Starmer

Bien qu’un récent sondage suggère que les conservateurs perdraient leur majorité si une élection générale avait lieu aujourd’hui, l’horizon n’est pas nécessairement rose non plus pour le parti travailliste.

Alors que le gouvernement se débat et patauge sur Covid-19, un certain sujet revient de temps en temps, ce qui suggère que le parti travailliste pourrait faire face à des obstacles importants, en particulier lorsqu’il s’adresse aux électeurs avant les prochaines élections. Ce défi est, bien sûr, son discours sur la race et l’immigration.

Un couple de Gardien Les rapports de Bassetlaw et Leigh suggèrent que certains électeurs qui sont passés aux conservateurs dans ces anciens quartiers travaillistes ou «mur rouge» continuent à avoir des opinions anti-immigration et parfois racistes.

Bien qu’ils perdent peut-être confiance en Boris Johnson, beaucoup estiment que Starmer doit encore prouver ses références et doutent de sa position sur des questions telles que l’aide étrangère et l’expulsion de ressortissants étrangers reconnus coupables de crimes – ce que de nombreux députés travaillistes ont condamné (bien que Starmer lui-même a été notamment plus silencieux).

Les données des sondages nous montrent que les électeurs plus âgés étaient plus susceptibles de voter pour les conservateurs lors des dernières élections générales et nous montrent également que les électeurs noirs et des minorités ethniques étaient beaucoup plus susceptibles de voter pour les travaillistes.

Les circonscriptions comptant un plus grand nombre de jeunes ont également tendance à avoir une proportion plus élevée d’électeurs appartenant à des minorités ethniques. Ceux comme Bassetlaw et Leigh, en revanche, ont des proportions plus importantes de plus de 65 ans que de nombreuses zones de vote travailliste et sont généralement moins diversifiés sur le plan ethnique que la plupart des sièges travaillistes.

Il y a sans aucun doute un fossé entre les électeurs travaillistes «traditionnels» – ceux que Starmer cherche à reconquérir – et la base électorale de plus en plus jeune et diversifiée du Labour.

En tant que jeune électeur travailliste appartenant à une minorité ethnique, j’ai été déçu par de nombreuses réponses de Starmer aux problèmes de race et d’immigration.

Son silence et sa neutralité forcée à des moments charnières ont abouti à ce que je considère comme des échecs importants. J’ai été profondément troublé lorsque Starmer n’a pas condamné le ministre de l’Intérieur pour son projet d’utiliser la marine pour empêcher les réfugiés d’atteindre les côtes britanniques. J’ai été dérangé quand il n’a pas réussi à défier un appelant de LBC qui a présenté la théorie raciste du «grand remplacement» comme si c’était un fait.

Permettez-moi d’être catégorique sur une chose: je ne pouvais pas voter pour un parti travailliste qui a commencé à refléter la position des conservateurs sur l’immigration et la race; qui niait l’existence d’un racisme systémique ou qui confondait les réfugiés et les criminels.

Les travaillistes ne devraient pas se plier à ces points de vue, mais ils ne devraient pas non plus rejeter ceux qui ont été séduits par la rhétorique sensationnaliste qui les entoure. Le fossé entre les électeurs travaillistes «traditionnels» et les plus jeunes peut exister, mais il a été capitalisé par les conservateurs et leurs pom-pom girls médiatiques.

À chaque tournant, ils rejettent le Parti travailliste comme «réveillé» et cherchent à présenter un soutien à Black Lives Matter et une croyance en l’existence d’un racisme systémique comme anti-patriotique.

Pourquoi est-ce? Eh bien, bien sûr, les conservateurs veulent saper le soutien aux travaillistes, mais leur rhétorique s’inscrit également dans le récit classique de «diviser pour conquérir». Lorsque des gens comme Ben Bradley présentent l’immigration comme un véritable problème pour la vie des électeurs de la classe ouvrière, mais échouent simultanément à défendre la gratuité des repas scolaires pour les enfants de familles à faible revenu, nous savons que leur «  préoccupation  » ne vient pas véritable solidarité avec les classes populaires.

Au lieu de cela, ils cherchent à faire des immigrés (et souvent des minorités ethniques «réveillées») des boucs émissaires pour les difficultés auxquelles sont confrontés les électeurs pauvres de la classe ouvrière blanche.

À son tour, cela détourne non seulement les échecs des conservateurs, mais oppose également les pauvres et les personnes à revenu moyen les uns aux autres, laissant les conservateurs libres de poursuivre leurs programmes de copinage et (à l’époque non-Covid) des allégements fiscaux pour leurs riches. partisans avec moins de contrôle qu’ils ne devraient recevoir.

C’est donc mon défi à Keir Starmer et au parti travailliste au sens large. Nous devons changer le discours du Labour sur la race et l’immigration.

Nous ne devons pas insister sur le fait que tous les sceptiques en matière d’immigration sont racistes, mais nous ne devons pas non plus nous plier à des attitudes qui présentent les immigrants comme préjudiciables à la vie britannique. Nous devons montrer que plus les électeurs – qu’ils soient pauvres, à revenu moyen, noirs, blancs, vieux ou jeunes – ont plus en commun les uns avec les autres qu’avec ceux que les conservateurs soutiennent vraiment.

Notre pain n’est pas beurré par un parti qui appauvrira le NHS, donnera de l’argent sans procédure régulière à ses amis et fera des trous dans un État providence qui devrait nous protéger tous. Il est temps pour le parti travailliste de montrer que la plupart d’entre nous avons un ennemi commun dans l’élite riche, qui dirige une grande partie de nos médias et fait des dons massifs aux conservateurs.

À moins que le parti travailliste ne recadre ce récit, il ne peut espérer reconquérir les électeurs ni faire son travail en tant que parti du peuple.

Comme vous êtes ici, nous avons quelque chose à vous demander. Ce que nous faisons ici pour diffuser de vraies nouvelles est plus important que jamais. Mais il y a un problème: nous avons besoin de lecteurs comme vous pour nous aider à survivre. Nous diffusons des médias progressistes et indépendants qui défient la rhétorique haineuse de la droite. Ensemble, nous pouvons trouver les histoires qui se perdent.

Nous ne sommes pas financés par des donateurs milliardaires, mais nous comptons sur les lecteurs qui apportent tout ce qu’ils peuvent se permettre pour protéger notre indépendance. Ce que nous faisons n’est pas gratuit et nous courons avec un minimum de ressources. Pouvez-vous nous aider en dépensant aussi peu que 1 £ par semaine pour nous aider à survivre? Quoi que vous puissiez donner, nous vous en sommes très reconnaissants – et nous veillerons à ce que votre argent aille aussi loin que possible pour fournir des nouvelles percutantes.

Vous pourriez également aimer...