Nous avons enfermé des innocents sur un ferry avant et c'était un désastre

Le Daily Mail l'a qualifié de «pépère», mais les gardes s'inquiétaient des suicides et le navire a failli couler.

Ces derniers jours, il est apparu que le ministère de l’Intérieur et le cabinet du Premier Ministre avaient envisagé une gamme de moyens extravagants et inhumains de détenir et de «traiter» les demandeurs d’asile.

Les plans envisagés comprennent le maintien des demandeurs d'asile, qui ont fui le danger et n'ont commis aucun crime, dans des centres de détention en Papouasie-Nouvelle-Guine, en Moldavie, au Maroc, sur l'île de l'Ascension ou sur des plates-formes pétrolières désaffectées.

Ces propositions font écho à la politique australienne de camps de détention au large des côtes et font suite aux discussions britanniques avec l’ancien premier ministre australien de droite (et maintenant membre de la chambre de commerce britannique) Tony Abbot.

Heureusement, il est peu probable que ces plans se concrétisent. Une idée plus réaliste (mais tout aussi terrible) est de détenir les demandeurs d'asile sur des ferries désaffectés.

Comme le souligne le journaliste de Private Eye, Solomon Hughes, cette politique a déjà été suivie par le gouvernement conservateur en 1987.

Conditions sur le Earl William car-ferry dans l'Essex était exigu et claustrophobe. L'accès au pont supérieur était limité en raison du risque de suicide.

Les choses allaient si mal qu’en août 1987, les Tamouls sri-lankais à bord, qui avaient échappé à la guerre civile et à la répression gouvernementale, ont entamé une grève de la faim.

Ils ont été soutenus par des dirigeants syndicaux de gens de mer, des députés comme Jeremy Corbyn et Diane Abbott et les «avocats militants» dont le ministère de l’Intérieur de Priti Patel se moque tant.

Ils ont été contrés par des journaux comme le Daily Mail qui ont décrit les réfugiés comme des «gatecrashers» et le car-ferry comme «pépères».

Quelques mois après la grève de la faim, le célèbre ouragan de 1987 a détaché le navire de ses amarres et y a fait des trous.

Les employés du port et les détenus ont travaillé ensemble pour réparer le navire, tout le monde a survécu et les détenus ont été libérés – bien que certains aient été expulsés plus tard.

Cette épreuve et cette quasi-catastrophe n’ont cependant pas empêché le ministère de l’Intérieur et les conservateurs de se lancer longtemps.

Dix ans plus tard, avec Michael Howard et Anne Widdecombe comme ministres du ministère de l'Intérieur, The Times a rapporté: «Les ministres ont donné leur accord pour que des immigrants illégaux présumés et de faux demandeurs d'asile soient détenus dans la prison flottante. Résolution. »

Comme le souligne Hughes, le gouvernement travailliste a utilisé un bateau comme prison. C'était aussi un désastre. Cela n'a duré que huit ans.

Treize ans plus tard, la proposition a de nouveau relevé la tête laide. Au lieu de proposer de nouvelles (et anciennes) façons créatives de punir des innocents, pourquoi le ministère de l'Intérieur ne détient-il pas uniquement des personnes qui ont suivi une procédure judiciaire complète et équitable et sont sur le point d'être expulsées?

En 2000, le Royaume-Uni n'avait la capacité de détenir que 475 personnes. Maintenant, c'est plus de 2 000. Beaucoup de ces personnes sont détenues sans raison valable et, après les avoir traumatisées et coûté au contribuable, le ministère de l'Intérieur les laisse repartir.

Au centre de détention de Yarl’s Wood, 67% des femmes détenues sont ensuite libérées. L’inspecteur en chef des prisons de Sa Majesté a déclaré que cela «soulevait des questions sur la justification de la détention en premier lieu».

Eh bien, tout à fait. Si le ministère de l'Intérieur ne détenait des personnes que pour de bonnes raisons et pour une durée aussi courte que possible, il n'aurait pas à proposer ces idées ridicules et pourrait également fermer quelques centres de détention privés coûteux.

Joe Lo est co-éditeur de Left Foot Forward

Comme vous êtes ici, nous avons quelque chose à vous demander. Ce que nous faisons ici pour diffuser de vraies nouvelles est plus important que jamais. Mais il y a un problème: nous avons besoin de lecteurs comme vous pour nous aider à survivre. Nous diffusons des médias progressistes et indépendants, qui défient la rhétorique haineuse de la droite. Ensemble, nous pouvons trouver les histoires qui se perdent.

Nous ne sommes pas financés par des donateurs milliardaires, mais nous comptons sur les lecteurs qui apportent tout ce qu’ils peuvent se permettre pour protéger notre indépendance. Ce que nous faisons n’est pas gratuit et nous courons à petit prix. Pouvez-vous nous aider en dépensant aussi peu que 1 £ par semaine pour nous aider à survivre? Quoi que vous puissiez donner, nous vous en sommes très reconnaissants – et nous veillerons à ce que votre argent aille aussi loin que possible pour diffuser des nouvelles percutantes.

Vous pourriez également aimer...