Un vote pour l'apocalypse

C'était en août 2017 et Donald Trump ne s'était pas encore familiarisé avec Kim Jong-un, le dictateur corpulent de la Corée du Nord. En fait, à la manière typique de Trump, il était en colère contre le dirigeant coréen et, pas moins généralement, il s'en est pris verbalement, menaçant ce pays d'un véritable enfer sur Terre. Comme il l'a dit, "Ils seront confrontés au feu et à la fureur comme le monde ne l'a jamais vu." Et puis, juste pour faire valoir son point de vue plus personnellement, il s'est plaint de Kim lui-même: "Il a été très menaçant au-delà d'un état normal."

À peine un an et demi plus tard, notre président astéroïde disait, bien sûr, à propos de ce même homme: «Nous sommes tombés amoureux». Pourtant, cette menace d'un dirigeant américain de – c'était évident – lancer une attaque nucléaire pour la première fois depuis qu'Hiroshima et Nagasaki ont été presque effacés en août 1945 était mémorable. Cette phrase deviendrait en fait le titre d'un livre à succès de 2018, «Fire and Fury: Inside the Trump White House», du journaliste Michael Wolff. Deux ans plus tard, au milieu de tant d'autres phrases menaçantes de ce président, «le feu et la fureur» ont cependant été laissés dans la poubelle de l'histoire, largement oubliés par le monde.

"Ce n'est pas un acte de Dieu"

Dommage, car cela semble tellement plus pertinent maintenant que la Californie, l'Oregon et Washington, pour ne pas parler d'un Sud-ouest déjà officiellement dans une «méga-sécheresse», ont connu le genre de feu et de fureur apocalyptique (et de chaleur et de fumée) qui a transformé le ciel de jour en orange nocturne étrange (ou jaune ou même violet, affirme un de mes amis vivant dans la baie de San Francisco). Nous parlons d'un feu et d'une fureur qui ont forcé les voitures à allumer leurs phares à midi; des villes détruites (ne laissant que des militants armés de droite derrière au milieu des flammes pour attendre les pillards imaginaires d'Antifa); brûlé des millions d'acres de terre, mettant des centaines de milliers d'Américains sous ordre d'évacuation; transformé un nombre effarant de citoyens en réfugiés dans des conditions de pandémie; et se sont glissés vers les banlieues et les villes, mettant en péril le monde tel que nous l'avons connu.

À la suite de l'été le plus chaud jamais enregistré dans l'hémisphère nord, nous parlons, en d'autres termes, du genre de conditions apocalyptiques que le président avait sans aucun doute à l'esprit pour la Corée du Nord en 2017, mais pas même faiblement pour les États-Unis. UNE; nous parlons, c'est-à-dire d'une saison de combustion comme personne en Occident n'a jamais vu auparavant, d'un incendie lié à la surchauffe de cette planète grâce à la libération de gaz à effet de serre produits par des combustibles fossiles de plus en plus quantités. En fait, comme l'a souligné récemment le gouverneur de Washington, Jay Inslee, nous ne devrions même plus parler de "feux de forêt", mais de "feux de climat" dont l'intensité a déjà dépassé de plusieurs années les prévisions de la plupart des climatologues. (Ou, comme Inslee l'a dit, "Ce n'est pas un acte de Dieu. Cela s'est produit parce que nous avons changé le climat de l'état de Washington de manière dramatique.")

Des morceaux importants de l'Ouest américain ont maintenant été transformés en l'équivalent naturel des fours, les incendies atteignant même les banlieues de Portland, en Oregon (qui, pendant des jours, avait la pire qualité de l'air de toutes les grandes zones urbaines de la planète), et promettant un avenir dans lequel les villes seront sans aucun doute également emportées par de telles incendies. Certes, Donald Trump n'a pas menacé de lancer "le feu et la fureur comme le monde n'a jamais vu" contre Portland (bien qu'il ait envoyé des agents fédéraux là-bas pour arracher des manifestants pacifiques de ses rues et continue d'insulter et de menacer maire de cette ville). Si quoi que ce soit, alors que les incendies ont brûlé ces états à un croustillant, il a fait de son mieux pour éviter le sujet de l'Occident en feu, car dans ces années plus généralement, il a largement traité le changement climatique (ce "canular") comme … eh bien, un pandémie qui devrait être ignorée tant que l'Amérique est restée «ouverte».

Et ce n'est pas un sujet sur lequel il a beaucoup été grillé non plus, pas jusqu'à récemment lorsque les gouverneurs occidentaux ont commencé à lui parler de sa position sur le changement climatique. Pour ne donner qu'un exemple, pour autant que je sache, Bob Woodward, le Washington Post rédacteur en chef et chroniqueur judiciaire des présidents qui, pendant des mois, ont eu un accès sans précédent à Trump et l'ont grillé sur tant de sujets, ne se sont jamais donné la peine de l'interroger sur les futurs américains les plus importants, les plus dystopiques et les plus apocalyptiques auxquels les Américains sont confrontés. Et les démocrates traditionnels n'ont pas fait beaucoup mieux sur le sujet alors que ces incendies se développaient à un crescendo jusqu'à ce que Joe Biden a finalement qualifié le président de «pyromane climatique». Il a ajouté, à juste titre, "Si vous donnez à un pyromane climatique quatre ans de plus à la Maison Blanche, pourquoi quelqu'un serait-il surpris si nous avons plus d'Amérique en feu?"

Il ne fait aucun doute que, aux ordres et à l'appel de l'industrie des combustibles fossiles, Donald Trump et son équipe démoniaque ont travaillé sans scrupules ni remords pour s'assurer que ce serait une Amérique ardente et furieuse. Libérer cette industrie des restrictions de toutes sortes, se retirer de l'accord de Paris sur le climat, ouvrir encore plus de zones au forage pétrolier, anéantir les sauvegardes environnementales, et même (au moment même où l'Occident brûlait) nommer un négationniste de la science du climat à un position de tête à la National Oceanic and Atmospheric Administration, le président et son équipage se sont révélés des pyromans de premier ordre.

Bien sûr, le réchauffement de cette planète s'intensifie depuis des décennies maintenant. (N'oubliez pas, par exemple, que Barack Obama a présidé un boom de la fracturation hydraulique aux États-Unis qui a laissé des gens se référant à nous comme «l'Amérique saoudienne».) Pourtant, ce président et ses hauts fonctionnaires ont mis une énergie remarquable (pour ainsi dire) à libérer encore plus de dioxyde de carbone et de méthane dans l'atmosphère. Et voici la chose étrange: ils ont pénétré profondément dans le moment apocalyptique actuel en Occident sans – Greta Thunberg et les manifestants du changement climatique mis à part – être tenus faiblement responsables de leur envie d'alimenter le plus grand danger auquel l'humanité est confrontée autre que les armes nucléaires. En fait, comme il ressort de plus en plus des incendies de l'Occident, ce que nous commençons à expérimenter est une version au ralenti de l'apocalypse nucléaire que Trump a autrefois menacé de perdre sur la Corée du Nord.

D'une manière bien trop littérale, The Donald se révèle en effet être le président "feu et fureur" de l'histoire.

Et ne pensez pas un seul instant qu'il n'y avait aucun avertissement concernant l'incendie excessif actuellement en cours dans ce pays. Après tout, en 2019, certaines parties de l'Australie ont été croustillantes d'une manière jamais vue auparavant, tuant au moins 25 humains et peut-être plus d'un milliard d'animaux. Et ce pays aussi était dirigé par un négationniste du changement climatique, un homme qui avait autrefois apporté un morceau de charbon au parlement et l'a remis tout en disant de manière apaisante aux autres législateurs: «N'ayez pas peur, n'ayez pas peur. De plus, ces dernières années, l'Arctique (de tous les endroits) a fumé et brûlé d'une manière sans précédent, chauffant son pergélisol et libérant des quantités stupéfiantes de gaz à effet de serre dans l'atmosphère. Oh, et en juin, la température dans une petite ville de Sibérie a franchi pour la première fois la barre des 100 degrés.

À propos, la Russie est également dirigée par un dirigeant qui, jusqu'à récemment, était un négateur du climat. Je veux dire, qu'en est-il de l'envie de tant d'entre nous dans une telle crise de soutenir ceux qui se consacrent à détruire littéralement cette planète en tant que lieu habitable pour … eh bien, nous? (Salut, Jair Bolsonaro!)

Notre propre firenado

Il y a près d'un demi-siècle presque inimaginable sur une autre planète, j'ai vécu à San Francisco. Je me souviens encore du brouillard qui roulait tous les jours, même pendant l'été dans l'une des villes les plus fraîches et les plus venteuses du coin. Mais pas cette année. Le 6 septembre, par exemple, la température y a battu 100 degrés, "écrasant" le record précédent de cette journée. À Berkeley, de l'autre côté de la baie, où j'ai également vécu il y a très, très longtemps, il a frappé 110. Alors qu'une vague de chaleur a balayé l'État (et l'Ouest), les températures près de Los Angeles ont atteint un record de 121 degrés (surchauffe presque difficile). Bagdad, Irak, cette année), tout en atteignant 130 degrés dans la bien nommée Death Valley – et ce n'est que pour commencer une liste de la flambée des températures à travers l'Ouest, des frontières canadiennes aux frontières mexicaines.

Tandis que ces incendies remplissaient le ciel de fumée et de cendres, transformant le jour en la nuit la plus étrange, un nuage de fumée comme on n'avait jamais vu auparavant apparut sur la côte ouest. Pendant ce temps, des firenadoes ont été repérées et l'air rempli de cendres menaçait des choses terribles pour la santé. Comme cela a été vrai au cours des 46 dernières années, je suis à des milliers de kilomètres de mes anciens repaires de la région de la baie. Pourtant, je me renseigne régulièrement avec des amis et TomDispatch des auteurs sur cette côte, certains vieillissaient comme moi et enfermés dans leurs maisons de peur que la fumée et les cendres, l'air de l'enfer ne les pénètrent. Pendant ce temps, leurs voitures sont emballées pour partir, leurs listes de contrôle d'évacuation prêtes.

Mon cœur va à eux et, vraiment, à nous tous (et, surtout, à ceux à qui nous, vieillards, laissons un monde si flamboyant et tumultueux).

Malheureusement, parmi les scandales et les horreurs sans fin de l'ère Trump, le plus grand scandalisé de loin trop peu depuis trop longtemps parmi ceux qui comptent officiellement sur cette planète assiégée qui est la nôtre. Même en 2016, il aurait dû être assez évident qu'un vote pour Donald Trump soit un vote pour l'apocalypse. Donnez-lui du crédit, cependant. Il n'a pas caché ce fait ni que sa présidence serait un cauchemar alimenté par les combustibles fossiles. Il était évident même alors que lui, et non le changement climatique, était le "canular" et que cette planète souffrirait de manière unique de ses (ad) ministrations.

Et de toutes les manières imaginables, Donald Trump a tenu ses promesses. Il a été particulièrement fougueux et furieux. À sa manière, il a également été un homme de parole. Il a déjà apporté «le feu et la fureur» dans ce pays de tant de façons et, s'il a quelque chose à dire à ce sujet, il vient de commencer.

Ne doutez pas une seconde que s'il perdait le 3 novembre (ou au-delà, compte tenu du vote par correspondance à venir), il déclarera une fraude électorale et rechignera à quitter la Maison Blanche. Ne doutez pas une seconde qu'il serait heureux de mettre le feu à ce même bâtiment et tout ce qui, à ce stade, reste du système américain avec lui avant de se voir «perdre».

Puisqu'il est, à sa manière, une parodie de tout: un politicien, un républicain, un autocrate, voire un être humain, il résume dans une certaine mode extrême (quoique étrangement satirique) les efforts humains pour détruire notre mode de vie dans ces ans. En vérité, fougueux et furieusement alimenté, il est un nuage historique de fumée et de cendres sur nous tous.

De par sa nature même, pour reprendre ses mots nucléaires de 2017, il «menace au-delà d'un état normal». Pensez à lui comme au président de l'enfer et ici je veux dire un enfer littéral. Quatre ans de plus de lui, de son équipage et des criminels à combustibles fossiles qui dirigent les principales sociétés pétrolières, gazières et charbonnières qui conduisent ses coattails dans le paradis du profit et la misère planétaire sont le casting d'une pièce, à la fois comique et tragique, qu'aucun d’entre nous devraient avoir à s’asseoir. Il est notre propre firenado et – ce n'est pas compliqué – quatre autres années de lui nous plongeront dans un enfer sur Terre d'une sorte encore à peine imaginable aujourd'hui.

Copyright 2020 Tom Engelhardt

Pour rester au courant des articles importants comme ceux-ci, inscrivez-vous pour recevoir les dernières mises à jour de TomDispatch.com ici.

Tom Engelhardt

Tom Engelhardt est co-fondateur de l'American Empire Project et l'auteur d'une histoire de la guerre froide, The End of Victory Culture. Il est membre du Nation Institute et dirige TomDispatch.com. Son sixième et dernier livre est A Nation Unmade by War (Dispatch Books).

Vous pourriez également aimer...